Arrêté ministériel du 31 décembre 1932 concernant le rejet resp. l'ajournement des récipiendaires à l'examen de passage.

Adapter la taille du texte :

Arrêté ministériel du 31 décembre 1932, concernant le rejet resp. l'ajournement des récipiendaires à l'examen de passage.

Le Ministre d'Etat,

Président du Gouvernement,

Vu les art. 12 et 14 de l'arrêté grand-ducal du 24 décembre 1932, portant règlement de l'examen de passage aux gymnases et aux écoles industrielles et commerciales;

Arrête:

Art. 1er.

Sont refusés, en application de l'art. 12 de l'arrêté grand-ducal, portant règlement de l'examen de passage aux gymnases et aux écoles industrielles et commerciales, les récipiendaires qui, à l'examen écrit, auront obtenu des chiffres insuffisants, soit dans deux branches principales, soit dans une branche principale et deux branches secondaires, soit dans trois branches secondaires. Il en est de même des candidats qui auront obtenu, soit un chiffre absolument insuffisant (chiffre 5 ou 6) dans une branche principale et un chiffre insuffisant dans une branche secondaire soit un chiffre insuffisant dans une branche principale et un chiffre absolument insuffisant (chiffre 5 ou 6) dans une branche secondaire, soit encore un chiffre absolument insuffisant (chiffre 5 ou 6) dans deux branches secondaires.

Sont à considérer comme branches principales les langues anciennes et modernes et les mathématiques.

Aux gymnases, l'algèbre et la géométrie réunies forment une branche principale, dans les sections industrielles, elles sont à considérer comme deux branches principales; dans les sections commerciales, les différentes branches de mathématiques réunies forment une branche principale.

Dans les sections commerciales, la comptabilité est à considérer comme branche principale.

Toutes les autres branches de l'examen sont à considérer comme branches secondaires.

Art. 2.

Sont ajournés, en application de l'art. 12 de l'arrêté grand-ducal susmentionné et sans avoir été admis à l'épreuve orale préalable, les récipiendaires qui, à l'examen écrit, auront obtenu, soit un chiffre absolument insuffisant (chiffre 5 ou 6) dans une branche principale, soit un chiffre insuffisant dans une branche principale et dans une branche secondaire, soit un chiffre insuffisant dans deux branches secondaires.

Sont admis à l'épreuve orale les récipiendaires qui, à l'examen écrit, auront obtenu un chiffre insuffisant, soit dans une branche principale, soit dans une branche secondaire, ou un chiffre absolument insuffisant (chiffre 5 ou 6) dans une branche secondaire.

Art. 3.

Dans l'appréciation finale des épreuves écrites et des épreuves orales, faite en application de l'ait. 14 de l'arrêté grand-ducal susmentionné, l'épreuve écrite compte dans chaque branche pour deux tiers, l'épreuve orale pour un tiers. Sont ajournés les candidats qui n'auront pas obtenu un chiffre suffisant dans la branche où ils ont subi un examen oral.

Art. 4.

Les épreuves d'ajournement se font exclusivement par écrit.

Les dispositions de l'art. 11 de l'arrêté grand-ducal susmentionné sont applicables à ces épreuves.

Le candidat ajourné qui n'aura pas obtenu un chiffre suffisant dans toutes les branches sur lesquelles porte l'ajournement, est refusé.

Art. 5.

Le présent arrêté sera publié au Mémorial.

Luxembourg, le 31 décembre 1932.

Le Ministre d'Etat,

Président du Gouvernement,

Jos. Bech.


Retour
haut de page